photo culinaire

Les bases de la photo culinaire

La photo culinaire, un sous-domaine des natures mortes, est un des genres les plus populaires de la photographie. On peut la pratiquer de chez nous et la réussite de nos clichés nécessite très peu d’équipement. Cet article vous donnera un visuel global sur les bases de ce domaine. On verra des possibilités de composition, de prise de vue ainsi que l’utilisation optimale de la lumière. Et bien sûr, plein d’exemples pour vous inspirer et booster votre créativité.

La photo culinaire étant un domaine très répandu, il y a de plus en plus de clichés de nourriture qu’on peut voir sur Instagram, dans les magazines ou simplement dans les pubes des restaurants. Et parfois, ces photos ne représentent pas la réalité. Si jamais vous n’avez pas encore eu l’occasion de voir la vidéo qui récapitule les fameuses astuces utilisées par des commerciales, je me permets de vous le présenter ci-dessous. Vous allez voir des hacks du style liquide vaisselle dans de la bière pour obtenir une belle mousse ou des hacks comme la purée de pommes de terre qui remplace une boule de glace (pour éviter que ça fonde).

Dans cet article, on va parler plutôt des éléments que vous pouvez utiliser pour réussir vos photos culinaires sans nuire à la comestibilité de la nourriture. Parce que c’est quand même dommage de gâcher un bon repas. 🤷🏼

Commençons par le commencement

Je sais que je me répète, mais avant de prendre une photo, la chose la plus importante est de savoir ce qu’on veut exprimer. Construisez le cadre, la déco, les couleurs, la composition, les lumières de votre image en fonction de l’ambiance que vous voulez montrer. Mettez toute la déco en place avant d’apporter la nourriture que vous souhaitez photographier.

Avant de poser votre préparation, vous pouvez utiliser un objet qui a la même couleur et la même texture que ce que vous souhaitez photographier (et une forme similaire). Dites-vous que la fraîcheur et ainsi la beauté des aliments se dégrade rapidement, vous aurez (dépendant de ce que vous prenez en photo) approximativement 15 minutes pour réussir votre image.

Si vous n’utilisez pas de mousse à raser pour remplacer votre chantilly, elle perdra sa forme très rapidement, quant aux matières graisseuses, elles se solidifieront, les légumes s’oxyderont etc. Donc vous devez travailler de façon rapide et efficace. Choisissez la pomme la plus belle du magasin. Une fois j’ai essayé de mettre en contraste une banane trop mûre avec des bananes fraîches et jolies. C’était un échec. 🤦🏼‍♀️

Astuce bis: si vous n’êtes pas doué pour décorer vos plats, vous pouvez profiter de prendre vos photos quand vous allez au resto. Le cadre est beau, la nourriture est fraîche, la déco est jolie…c’est une possibilité intéressante à explorer.

Mais revenons à nos chatons. Voyons voir tout ce que vous devez prévoir, planifier, organiser, décider, avant d’appuyer sur le déclencheur.

Ce que vous devez prévoir

Essayez de raconter une histoire avec votre photo et choisir les éléments en fonction de cela. Communiquez sur la tradition qui entoure la préparation ou la saison à laquelle elle est servie. Et pour pouvoir raconter tout cela, vous aurez besoin de placer des éléments dans l’arrière-plan ou sur le devant de votre photo. On verra plus tard de quelle manière vous pouvez faire cela. Pour l’instant voyons voir ce qui peut rentrer dans le cadre.

Des ustensiles

Est-ce que c’est un shooting rustique, gothique, minimaliste, romantique…? C’est quoi qui mettrait le plus en valeur la préparation en question? Choisissez des assiettes, bols, verres, couverts, linge de maison en fonction de cela. Utilisez des petites assiettes plutôt, car les grandes assiettes peuvent détourner l’attention du sujet principal en le rendant trop petit. C’est aussi plus judicieux d’éviter des motifs trop marqués ou des couleurs qui seraient trop flashy, pour la même raison.

Des ingrédients

Tout ce qui est crouton, épice, herbe aromatique, bocal, boîte de conserve etc peut être utilisé sur votre photo. En revanche, même si c’est évident, je préfère préciser: choisissez des ingrédients qui ont une relation avec la préparation. Mettre un brin de romarin pour décorer une omlette au basilic porterait simplement à la confusion

Photo de Marina Medvedeva

De la déco

Utilisez votre imagination. Admettons que vous voulez prendre en photo un croissant . Admettons que ce croissant appartient à quelqu’un qui lit le journal le matin et qui boit son café avec. As-elle des lunettes pour lire? Vous pouvez également composer une main dans le cadre qui serait en train de prendre ce croissant, etc.

Qu’en est-il d’un gâteau qu’on a préparé pour le saint Valentin? Quel objet pourrait nous aider pour raconter cela? Un bouquet de fleurs peut être? Des bougies…?

Photo de Melnychuk Nataliya

Les arrières plans

Qu’est-ce qu’on verra derrière votre sujet et en dessous de votre sujet? Vous pouvez vous procurer des surfaces intéressantes telles que des tissus, des nappes, des papiers craft, des planches en bois etc. Vous pouvez même peindre une surface et fabriquer quelque chose d’unique pour votre shooting. Les tons naturels et froids se marient facilement avec les préparations. Les couleurs foncées et frais ont tendance à reculer le sujet et les couleurs chaudes l’apportent (optiquement parlant) plus proche.

Des ustensiles pour toi, l’artiste

Niveau hygiène, si vous comptez manger la préparation photographiée après le shooting, ce n’est pas plus mal d’utiliser des gants en latex. J’ai fait un shooting photo avec quelques potes. On s’est dit qu’on emmènerait tous pleins de nourritures à photographier (des sandwichs, gâteaux, pâtisseries etc.) et après on ferait un festin. Je ne suis pas de nature chiante et en plus cette histoire date bien avant la période de la pandémie, mais ça ne donnait pas envie de manger un croissant qui a été tapoté par 4 personnes différentes durant plusieurs heures. 🧐

Sinon, vous pouvez également utiliser une pince à épiler pour placer ou enlever les petits éléments. Des pinceaux peuvent être utiles pour balayer des millettes, poussières ou pour ajouter quelques touches d’huile qui feront briller une feuille de salade. Enfin, les cotons-tiges pour se débarrasser d’une tache sur le bord de l’assiette par exemple.

Les prises de vue de la photo culinaire

Pour la photo culinaire il existe trois types de prises de vue.

L’angle de 45 degrés

Si vous vous asseyez à table et vous regardez votre assiette, vous le voyez d’exactement cet angle. Cet angle montre la surface et le devant de la préparation ainsi que ses côtés.

Photo d’Alex Loup

Vue de dessus

Les fameux postes Instagram raffolent de cette prise de vue. Et avec raison. Elle permet d’inclure de multiples éléments dans notre cadre, jouer avec la composition, avec les couleurs et avec les formes. Elle permet également de raconter une histoire plus facilement.

Photo de Joseph Gonzalez

Prise de vue frontale

La vue de dessus ne peut pas mettre en valeur des préparations hautes. Prendre en photo un burger du haut n’a aucun intérêt, on ne pourra pas mettre en valeur les ingrédients qui se cachent à l’intérieur. Pour tout ce qui est préparation « haute« , comme un gâteau majestueux, un burger, des pancakes placés l’un sur l’autre, c’est la prise de vue frontale qui sera le meilleur choix.

Photo de Chad Montano

L’éclairage de votre photo culinaire

Ce qui est vraiment top avec la photo culinaire, c’est que vous n’avez nullement besoin d’investir dans de la lumière artificielle (on peut très bien débuter sans cela). Vous pouvez utiliser la lumière du jour si vous placez la table près de la fenêtre. Niveau matériel, ce que je conseille serait un réflecteur de lumière. Vous pouvez l’utiliser pour adoucir le contraste entre le côté de la préparation qui est à l’ombre et le côté qui est exposé à la lumière.

Les différents types d’éclairage de votre sujet.

Quelques types d’éclaires mettent mieux en valeur les préparations que d’autres.

Éclairage latérale

La source de lumière se trouve sur le côté de la scène. Sur la photo ci-dessous vous pouvez voir la lumière se refléter sur la peau de la poire. Ici par exemple vous pouvez utiliser un réflecteur de lumière pour récupérer des détails du côté qui est dans l’ombre. Dépendant de la quantité d’ombre que vous souhaitez avoir sur la photo vous pouvez placer le réflecteur de lumière plus proche ou plus loin jusqu’à ce que vous obtenez le résultat souhaité.

Photo de Jocelyn Morales

Éclairage en contre

En général c’est un type d’éclairage qui se marie bien avec la nourriture. De plus, pour tout ce qui est liquide comme une soupe ou une boisson, vous pouvez mettre l’éclairage derrière le sujet, ceci mettra en valeur sa couleur. Vous devez bien doser la quantité de lumière pour éviter de perdre des détails.

Photo de Ash Edmonds

Éclairage semi-latérale

Il y a un type d’éclairage qu’on voit souvent en photographie culinaire. C’est quand la lumière vient d’une direction semi-latérale. Ce n’est ni à côté du sujet, ni réellement derrière. Il se situe entre les deux. Dépendant de la hauteur et le type de lumière les ombres seront plus ou moins prononcés et plus ou moins longs. Si vous voulez en apprendre plus sur les types de lumière, je vous conseille l’article « 5 types de lumière naturelle que tout photographe doit connaître« .

Photo de Vino Li

La composition de votre photo culinaire

Et il y a une dernière décision à prendre avant d’appuyer sur le déclencheur de votre appareil photo: comment organiser le cadre de votre photo.

Ajoute de la texture

Éparpillez des miettes, cassez un biscuit en deux, utilisez la texture pour rendre l’image vivante. L’utilisation des textures différentes (un couteau en métal, une planche en bois, un linge en coton etc.) peut également rendre une composition intéressante.

Photo de Jennifer Pallian

Les lignes directrices

Vous pouvez organiser votre composition en ligne et vous pouvez également mettre en valeur votre sujet grâce à des lignes directrices. Ces dernières sont simplement des lignes qui dirigent le regard de la personne qui scrute une image. Elles peuvent être droites ou en courbe, horizontales ou diagonales, peu importe.

C’est important que les lignes directrices mènent le regard vers le sujet. Sinon, elles peuvent être contre-productives et mêmes gêner la lecture de l’image.

Une préférence pour les nombres impairs

Une photo comportant un nombre impair de sujets sera visuellement plus intéressante. Le nombre impair sur une image donnera des photos dynamiques.  Un nombre paire de sujets pourraient se mettre en concurrence et pourraient diviser l’attention.

Photo de Pablo Merchan Montes

La règle des tiers

Selon cette « règle » l’image est divisée en neuf parties égales par deux lignes horizontales équidistantes et deux lignes verticales équidistantes (les lignes de tiers). Les éléments importants de la composition doivent être placés le long de ces lignes ou dans leurs intersections.

Et comme vous pouvez voir ci-dessous, l’ananas se situe pile sur l’intersection des lignes.

Une composition photographique minimaliste: l’espace négatif

L’espace positif se compose du sujet principal. L’espace négatif est composé du reste comme par exemple l’arrière-plan. On peut exprès isoler et ainsi faire ressortir notre sujet de son environnement. L’espace négatif doit être neutre, et imposant. C’est également super pour faire des photos de cette façon pour les magazines, recettes, car l’espace qu’on a laissé peut-être utilisé pour les textes.

Photo de Brooke Lark

La répétition des motifs

Rien de mieux que la répétition d’un objet ou d’une forme pour créer une image graphique. On a une impression d’infinité en regardant une photo de ce type. Si vous cassez la répétition avec un élément différent (en forme, en taille, en couleur, en texture etc.), la composition sera encore plus intéressante. N’hésitez pas à casser la répétition sur les points forts de l’image (comme on l’a vue dans la règle des tiers)

Photo de Matthew Feeney

Jeu de couleurs

La couleur est un excellent moyen de composition. Que ce soit des couleurs complémentaires, ou le dosage des tons chauds et froids, vous pouvez créer des images captivantes en vous basant sur elles. C’est également possible de créer un univers monochrome autour d’une préparation. Choisissez des ustensiles et un arrière-plan qui aurait la même couleur que votre sujet. Votre image donnera un sentiment de sérénité et de calme à son lecteur. Si vous voulez savoir davantage sur la construction des images monochromes, n’hésitez pas à visiter l’article « Comment réaliser une image monochrome« .

Photo de Arun Vuppala, Image monochrome
Photo de Mae Mu, Image avec couleurs complémentaires

Composition ordonnée vs composition en « festin » vs minimalisme

Trois types de photos complètement différents, et ça marche! Vous pouvez profiter d’un cadre très rempli pour donner une ambiance de festin à votre photo. Vous pouvez aussi organiser la nourriture en diverses formes. Et vous pouvez également décider de baser votre composition sur un seul élément fort d’une façon minimaliste.

Photo de Jill Heyer

Gardez un sujet principal pour votre photo culinaire

Dans le cas où votre photo a un sujet principal, gardez-le en entier. On peut rogner dans les préparations sans souci, mais c’est judicieux d’éviter de rogner dans tous les éléments de la photo. Je ne parle pas d’une photo qui se base sur les motifs (donc où tous les éléments sont identiques). Mais par exemple sur la photo ci-dessous, c’est évident que le photographe a souhaité mettre en avant la dinde. Or, s’il avait organisé son cadre d’une façon à rogner une partie de ce dernier, on n’aurait pas compris que la dinde est censé être la star de cette image.

Soyez créatif(ve)

En dehors de toutes ces propositions, vous pouvez tout simplement décider de casser les règles et créer un univers qui est propre à vous. Vous pouvez utiliser de la peinture, des éléments surréels etc. Au sens propre, la photographie culinaire est faite pour nous donner envie de manger ce qui est sur la photo. Mais si vous avez une idée originale qui n’a rien à voir avec ce concept…foncez!

Dans cet article on a donc vu en détail toutes les bases que vous devez connaître pour réussir votre prochaine photo culinaire. Suite au choix de la lumière, de la composition et de la prise de vue, vous appuyez sur le déclencheur. Puis, il reste à faire la fameuse retouche (en Lightroom ou en Photoshop). Mais ceci sera le sujet d’un autre article.

Si vous voulez rejoindre un groupe de passionnés de la photo, n’hésitez pas à faire une demande d’adhésion dans notre groupe Facebook.

À demain!😻

N’hésitez pas à épingler cet article sur Pinterest pour pouvoir le consulter dans le futur!

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager. 😊
  •  
    2
    Partages
  •  
  •  
  • 2
  •  

8 réflexions sur “Les bases de la photo culinaire”

  1. Cet article fait un bien fou … non seulement on ressort avec une fringale … mais surtout on a envie de prendre des photos … mieux que ça on se sens capable de prendre des photos … une super ouverture d’esprit et de nos capacités créatrices .

  2. Excellent ! Je suis moi même blogueur culinaire et j’avoue que prendre de jolies photos est loin d’être simple. Merci pour ce cours que je classe toute suite dans mes favoris ^^

  3. Article très complet, on sait tout de comment prendre des photos culinaire! D’autant plus qu’il y a de plus en plus de personnes sur Instagram notamment qui prennent des photos de leur repas, c’est un article parfait qui les aideras pleinement. Ça donne envie de s’y mettre 😋

  4. Merci c’est super complet ! Je fais un peu de photo culinaire pour présenter mes recettes de blog. J’ai appris quelques astuces que je pourrais mettre en place très rapidement 👍😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :